30 ANS D'AVENTURES

Beaucoup de choses se passent en 30 ans, mais certains souvenirs sont inoubliables. Nous avons eu l'occasion d'inviter Merley Cumberbatch et Louise Leibner, respectivement ancienne coordonnatrice de la programmation parentale et éducatrice de la petite enfance, chez l’Envol des Femmes, ainsi que Debbie Defreitas, ancienne membre et présidente du conseil d’administration, à venir parler avec Grace et se remémorer leur temps passé ensemble. Nous avons été chanceuses de voir leurs amitiés qui datent de plusieurs années en action, mais nous avons surtout eu la chance d'être témoins d'anecdotes comiques. 

unnamed.jpg

LE GARÇON QUI JOUAIT DANS LA FARINE

Tout le monde rit alors que Grace se tourne vers Louise et demande :  « peux-tu parler de l'incident de la farine? » Louise lève la tête et raconte sa journée d’il y a presque 10 ans ; « J'avais les enfants au parc, celui qui était tout près des locaux de l’Envol des Femmes sur Saint-Jacques. C’était aussi le jour de la remise des diplômes de mon fils. » Louise explique que son fils, incapable d'obtenir le corsage nécessaire pour sa compagne de bal, a appelé la personne numéro 1 en cas d'urgence : maman. Grace, très compréhensive, a dit à Louise qu'elle pouvait partir et que la fille de Louise s'occuperait des enfants jusqu'à son retour. « Il n’y avait pas juste ma fille qui faisait du bénévolat avec moi à l'époque, il y avait environ deux bénévoles dans le parc, » précise-t-elle. 

 Alors que Louise roulait sur la rue Sherbrooke, elle a reçu un appel de sa fille.« Mon téléphone sonne et ma fille me dit: 'J'ai perdu Johnny'. Et je dis: 'Non, tu n’as pas perdu Johnny,' » dit-elle en imitant sa voix la plus calme possible pendant que les autres femmes rient. Sa fille insiste: « Si, maman, j'ai perdu Johnny. »

     

unnamed.png

Louise continue; « J'ai dit, 'Où es-tu maintenant?' 'Je suis dans le bâtiment.' 'Est-ce qu'il est entré dans le bâtiment?' 'J'en suis presque sûr.' » Pendant la conversation, la tante de Johnny, Debbie, passe à côté de la fille dans le couloir. « Je dis: Tu peux le dire à Debbie. Ne le dis pas à la mère de Johnny, dis-le à Debbie.' »

« Mon téléphone sonne et ma fille me dit: 'J'ai perdu Johnny.' Et je dis: 'Non, tu n’as pas perdu Johnny,' »

      Alors que Debbie et la fille de Louise cherchent Johnny, la nouvelle commence à se répandre entre les autres employés et membres qu'un des enfants a disparu. Tout le monde dans le bâtiment marche sur la pointe des pieds autour de la mère de Johnny, essayant de ne pas l'alerter à la situation. En vain, quelqu'un décide finalement d'en parler à la mère. Apparemment, à la seconde où quelqu'un l'a dit à la mère, elle est entrée dans la cuisine, a ouverte l'une des petites portes du placard où ils gardaient les sacs de farine de 50 livres et en a sorti Johnny. « Il était couvert de farine de la tête aux pieds, » rit Louise, « et sa mère l'a sorti du placard et a dit: Je l'ai trouvé. »

      La réputation de Johnny en tant que fauteur de troubles précédait cet incident. « C'était un petit diable malicieux, » se remémore Louise. Merley est d'accord; « Vous le verriez bien, il avait le plus beau sourire...» « C'est comme ça qu'il s'en est tiré ! » s'exclame Louise, tandis que les femmes rient. Selon Debbie, sa réputation a persisté; « nous disons qu'il pourrait être avocat ; il te mettra en prison et il t’en fera sortir. » 

JAILBREAK: ÉDITION GARDERIE

      Entre autre, l’Envol des Femmes aide les mères à se défendre lorsqu'elles ne savent pas comment le faire ou ont besoin d'un peu d'aide. Les employées de l'organisation n'ont jamais hésité à sortir leur travail des murs de l'édifice, suivant leur conscience. « Il n'y avait pas de limites, » explique Grace. « Nous pensons tous simplement, une mère a besoin de notre aide; nous allons y aller. » 

      Grace commence en disant qu'il y avait une mère qui avait arrêté de venir à l’Envole des Femmes pendant quelques mois, alors qu'elle avait l‘habitude de venir avec son fils régulièrement. Un jour, la mère revint voir Grace et Merley. « Elle est revenue et elle a dit: 'Je ne sais pas quoi faire, je n'ai pas vu mon fils depuis des mois et je sais que j'ai signé des papiers, mais c'était vraiment contre ma volonté.' » Grace explique que le père lui avait fait signer ces papiers, ne comprenant pas ce qu'elle acceptait. « Ce n'est pas comme s'il était venu et lui avait honnêtement dit ce que c'était, » explique Grace. 

       Grace sourit et rit en se rappelant comment Merley et elle ont commencé à comploter. « Nous sommes devenus des détectives, demandant: 'd’accord, où habite son père? Où l'emmènerait-il?' » La mère révèle que le père voulait emmener le fils dans une garderie, « alors nous avons obtenu les informations sur la garderie, » poursuit Grace « et nous l'avons fait venir avec nous et nous sommes allées à la garderie...» « Prêtes pour le combat, tu sais! » carillonne Merley alors que les femmes rient toutes.

« Nous sommes devenus des détectives, demandant: 'd’accord, où habite son père? Où l'emmènerait-il? »

      Une fois à la garderie, les trois femmes se présentent et expliquent brièvement la situation en demandant si elles peuvent parler à la personne responsable. « Il se trouve qu'il était là, » dit Grace, « et nous sommes allés dans son bureau et nous lui avons parlé... vous savez, d'une manière calme... nous sommes juste venus et avons dit 'regardez, c'est une maman...'» « Que nous connaissons bient, » précise Merley. La mère a expliqué la situation au surveillant et lui a montré les papiers que le père lui avait fait signer. Elles ont demandé si la mère pouvait voir son enfant. « Tu te souviens comment il a couru vers sa mère ? » Grace réfléchit. « Il a couru comme un fou...» « Il s'est juste accroché à elle ! » répond Merley. « Il la tenait comme si sa vie en dépendait. » En fin de compte, ils ont pu remettre l'enfant à la mère et tout le monde est parti ensemble.

     Grace et Merley sont toutes deux d'accord  qu’elles ont été impressionnées par le superviseur de la garderie et ses soins pour l'enfant. « C'était agréable de voir que tout le monde faisait ce qu'il fallait pour le bien de cet enfant, » déclare Merley. Il était également important pour eux de préciser qu'elles étaient impressionnés par le père pour avoir emmené l'enfant à la garderie. « Nous étions vraiment fiers du fait que le père savait qu'il devait aller dans une garderie et pensait que c'était bon pour lui, » explique Grace, « mais cela n'a pas été fait comme cela aurait dû être fait. »

     

L'entrevue sur laquelle cette infolettre se base a été mené par Francesca Mourad and Gabrielle Vendette.

Cette infolettre a été rédigé par Gabrielle Vendette.