Depuis sa création, l’Envol des Femmes a offert un soutien holistique en offrant des services complémentaires aux mères et à leurs enfants. Notre programme Smart Start/Children's Corner est l'un des volets les plus appréciés de notre travail et est si unique dans l’environnement des services sociaux à NDG depuis un certain temps. Au cours de ces séances, les enfants acquièrent une confiance et une fierté envers leur culture, pratiquent des routines et des interactions sociales, et se familiarisent avec les compétences nécessaires pour se préparer à l'école. Les enfants partagent des repas, font du bricolage, jouent ensemble et acquièrent des compétences de vie pendant que leurs mères sont dans une pièce différente - socialisant, apprenant et investissant en eux-mêmes. Nos éducatrices de la petite enfance collaborent avec les mères pour partager des mises à jour et des conseils sur le développement de leur enfant, et ont joué un rôle essentiel dans le soutien aux mères confrontées à de multiples défis. Cette relation est toujours fondée sur la confiance et le respect, et a été une expérience enrichissante pour tous alors que nous voyons des enfants grandir sous nos yeux !

Ci-dessous, l'histoire d'une actrice majeure dans le succès de nos programmes pour enfants, Sylvie Laferrière. Sylvie a pris sa retraite du CIUSSS-CO le 8 octobre 2021, et nous avons eu la chance de discuter avec elle de son temps avec l’Envol des Femmes, et du travail qui se fait dans les coulisses. Sylvie a commencé à travailler avec Women on the Rise en tant qu'agent de liaison de SIPPE entre l'organisme et le CLSC NDG Montréal-Ouest en 2004, soutenant la programmation de nos enfants. Elle a mis en place une table d'organismes œuvrant auprès des familles ayant des enfants de 0 à 5 ans, cela s'appelait SIPPE [service intégré en périnatalité et pour la petite enfance]. Le but de cette table d'organismes était de développer des projets et des services pour répondre aux besoins des familles vulnérables avec des enfants de 0 à 5 ans. Sylvie décrit l'impact du SIPPE, disant qu'il a changé l’environnement du fonctionnement des organismes.

 

«C'est devenu un réseau d'organisations qui s'entraidaient et se soutenaient... Je pense que le programme SIPPE a vraiment permis plus de travail collectif, d'effort collectif et de connaissance collective.» - Sylvie

Avant SIPPE, l'environnement des organismes communautaires était concurrentiel et inéquitable. “tout le monde était en mode survie”, raconte Sylvie. SIPPE a plutôt encouragé les organisations à s'entraider pour se développer, tout en facilitant la communication avec le gouvernement et les bailleurs de fonds.

Un grand défi auquel l’Envol des Femmes a été confronté lors de sa demande de financement était les attentes irréalistes des bailleurs de fonds.SIPPE a su y remédier puisque ses animateurs communautaires savaient communiquer les besoins des organismes auprès des gouvernements et des bailleurs de fonds. SIPPE a permis à Sylvie de défendre les intérêts de l’Envol des Femmes et d'autres organisations de 0 à 5, ainsi que les personnes qu'elle soutiennent. Malgré les attentes des bailleurs de fonds en matière d'innovation constante de la part des organisations communautaires, SIPPE a offert une plate-forme pour que les organisateurs communautaires expliquent qu'il y aurait des demandes répétées de financement pour les mêmes programmes, car ces programmes fonctionnaient.

« Il faut un certain temps pour que l'impact se fasse sentir. L'impact n'est prouvé qu'avec le temps, et c'est là que la partie difficile entre en jeu. » - Grace Campbell

Sylvie explique qu'une des choses qu'elle a remarquée en tant qu'organisatrice communautaire était que les organismes ne demandaient jamais assez de financement. L’Envol des Femmes ont eu du mal avec cela et Sylvie a dû les encourager à en demander plus. « Je crois beaucoup aux données qualitatives plutôt qu'aux données quantitatives », déclare Grace. Elles se battent pour montrer qu'il est utile d'aider 10 mères et 15 enfants et d'avoir un impact positif sur eux pour la vie, plutôt que d'aider temporairement 100 parents et 200 enfants. Sylvie a pu les aider à « vendre » ces nuances et différences aux bailleurs de fonds.

LE COIN DES ENFANTS

«Cet endroit est plein de cœur, et elles ont traversé tant d'obstacles et de défis avec le financement. Je ne sais pas comment, mais elles ont quand même maintenu des services avec des budgets restreints.» - Sylvie

Sylvie soutient que les participantes de l’Envol des Femmes n'iraient nulle part ailleurs même si l'organisation fermait ses portes. « Parce que je pense que les gens qui viennent ici vous font confiance », dit Sylvie. C'est comme une deuxième maison. « La raison pour laquelle l’organisation s'est longtemps appelée l’Envol des Femmes Noires, c'est parce que les différences culturelles sont importantes », explique Sylvie. Grace et d'autres membres du personnel ont des expériences uniques en tant que femmes noires que beaucoup de gens dans le système public, où la diversité et l'égalité manquent encore, n’ont pas.

« Le personnel de WOR a la capacité de mettre les gens à l'aise. Ce qui est une compétence que vous ne voyez pas partout, mais elles ont la capacité de faire en sorte que quiconque franchit la porte se sente en sécurité.» - Sylvie

WOR a eu la chance de collaborer avec Sylvie et l'équipe de SIPPE, et nous sommes si fiers d'avoir pu soutenir autant d'enfants au cours des 30 dernières années ! Restez à l'écoute de la nouvelle année alors que nous partageons plus d'histoires de notre programme pour enfants, de sorties et de fêtes !

L'entrevue sur laquelle cette infolettre se base a été mené par Francesca Mourad and Gabrielle Vendette.

Cette infolettre a été rédigé par Francesca Mourad