30 ans avec james olwell

Nous poursuivons notre rétrospective sur les trente dernières années chez L’Envol des Femmes avec James Olwell. James n'a jamais été membre du conseil d'administration de l’EFN, il a joué son rôle bien avant que l'organisation n'existe.


 

Jasmine était si habile et astucieuse qu'elle a rapidement gagné la confiance des jeunes mamans et leur nombre a augmenté. En quelques mois, 7 femmes en moyenne participaient aux réunions hebdomadaires durant la première année.

Le nom de Darlene Gargul devient très important à ce moment là, car James a été retiré du dossier et ils avaient maintenant Darlene comme nouvelle directrice générale Darlene et Jasmine ont travaillé à la création de l'organisation. Elles sont deux des héroïnes méconnues de l’EFN, Jasmine a rencontré son amour et est retournée aux Antilles et Darlene est décédée. 

James fut reconnut durant la première assemblée générale annuelle de l’EFN, avec Shirley Roberts, en tant que fondateur du projet qui a mené à la création de L’Envol des Femmes. Il se souvient encore de cette première assemblée, en décrivant le cadeau qu’il a reçu ce jour là, “Ils m’ont offer un beau dessin de moi-même encadré, avec les mots ‘L’Envol des Femmes Noires’ et ‘Merci’ écrit dessus. Ce dessin est encore accroché dans ma maison jusqu’à ce jour. Il avait été réalisé par le fils ou le frère talentueux de l'une des femmes de l’organisation. C’est le meilleur cadeau que j’ai reçu de toute ma vie.”

Ce texte est une version légèrement modifiée d'une histoire rédigée par James Olwell

James était un organisateur communautaire pour le CLSC de NDG-MTL Ouest. Il est tombé sur un document du CLSC intitulé « La face cachée de NDG », un sondage auprès d'informateurs clés de 100 personnes.

"Dans le document, nous avons trouvé des besoins insatisfaits concernant les jeunes, les communautés d'immigrants et les nouvelles mamans."

L'équipe d'infirmières de Famille-Enfance-Jeunesse lui avait également parlé de jeunes femmes immigrantes et afro-canadiennes, parfois d'origine antillaise, qui étaient isolées et avaient besoin d'un réseau social. Elles avaient besoin d'aide pour créer des liens et d'autres informations importantes sur la santé des bébés et celle des mères également. Il a rencontré une infirmière, Shirley Roberts, et ils ont créé des objectifs et un programme pour le « Black Single Mom Support Group ».

Il a ensuite rencontré le nouveau pasteur de l’église Madison Baptist. Il a dit à James que l'église faisait partie de la convention baptiste progressiste. Le héros du pasteur était Dr Martin Luther King Jr. James avait lui-même été inspiré par le courage du mouvement des droits civiques noirs et avait vécu dans le sud de Chicago de 1968 à 1969, Dr King était aussi son héros. L'église leur a offert l'utilisation gratuite de leur sous-sol magnifiquement aménagé et impeccable, avec des berceaux, des mini-urinoirs pour les petits garçons et une atmosphère calme.

James et Shirley ont commencé les réunions et le personnel du CLSC était sceptique quant à leur réussite. Personne ne s'est présenté à la première réunion, bien que des collègues infirmières aient dit à Shirley que quelques jeunes femmes viendraient. Les infirmières avaient des patientes femmes,  jeunes mères, qui étaient intéressées, mais un peu sceptiques.
 

Il s’est avéré que personne ne voulait être la première participante, craignant que  le groupe allait échouerait.
 

À la seconde réunion, seule une jeune mère était présente. Mais nous l’avons traitée comme un reine. Les infirmières ont joué avec son bébé, j’ai parlé de ce que j’espérais pour le groupe, Shirley a parlé des besoins des enfants. La jeune mère nous a dit qu’elle reviendrait la semaine d’après avec une amie.

Un employé du CLSC négatif a dit que les femmes ne voulaient pas aider leurs enfants, qu’elles voulaient juste sortir et danser. Mais James a pris les objectifs du projet et a parlé à des femmes noires qui étaient des leaders dans la communauté. L'une d'elles était Hedy Taylor, une assistante sociale des Services familiaux de Batshaw. Hedy a non seulement convenu qu'il s'agissait d'un programme nécessaire pour soutenir la communauté noire, mais qu'elle ferait également partie du conseil consultatif. Ils ont discuté de la possibilité d'avoir d'agrandir le conseil d'administration et sont allés rendre visite aux membres potentiels, partageant les objectifs avec eux et les rassurant qu'Hedy était à bord et avait mis en place un comité consultatif. Cela deviendrait plus tard le conseil d'administration provisoire lors de l'incorporation du programme. Ensuite, ils ont embauché une jeune travailleuse sociale noire, Jasmine Williams, en tant que travailleuse communautaire pour travailler sur ce projet. Jasmine avait auparavant travaillé avec l'arrondissement administrant pour une installation sportive et une patinoire de hockey. Le projet était beaucoup plus dans son domaine.